les maladies cardiovasculaires / Maladies du coeur

Trouble du rythme ou arythmies

Le cœur est composé de 4 cavités : 2 oreillettes et 2 ventricules qui se contractent selon une fréquence précise et régulière pour faire circuler le sang dans l’organisme.

La fréquence cardiaque normale se situe entre 50 et 100 battements par minute. Elle varie suivant l’heure de la journée, l’activité, l’état émotionnel ou certains médicaments.

On parle de troubles du rythme cardiaque (ou arythmie) lorsque la fréquence cardiaque n’est plus régulière ou lorsqu’elle occasionne une gêne ou d’autres symptômes.

Il existe différents troubles du rythme cardiaque :

  1. Les arythmies supra ventriculaires :
  • La fibrillation auriculaire
  • La tachycardie auriculaire
  • Le flutter auriculaire
  • L’extrasystole auriculaire
  • Le Syndrome de Wolff Parkinson White
  • La tachycardie par réentrée nodale ou maladie de Bouveret
  1. Les arythmies ventriculaires :

  • La tachycardie ventriculaire
  • La fibrillation ventriculaire
  • L’extrasystole ventriculaire
  • La torsade de pointe
  1. La bradychardie :

On parle de bradychardie (en opposition à la tachycardie) lorsque le rythme cardiaque est trop bas par rapport à la normale, c’est-à-dire moins de 50 battements par minute (30 chez les sportifs entraînés à l’endurance).

Le caractère pathologique de la bradychardie ne peut être attesté que pas un médecin. La fréquence cardiaque varie en effet suivant l’heure de la journée, l’activité physique, l’état émotionnel ou certains médicaments. Elle devient anormale lorsqu’elle n’est plus régulière ou lorsqu’elle occasionne une gêne ou d’autres symptômes.

Une bradychardie pathologique peut être le signe d’un trouble de la conduction cardiaque, plus rarement d’un trouble du rythme cardiaque.
Elle peut, dans certaines conditions, être une indication d’implantation d’un pacemaker.

Les personnes à risque sont :

  • les personnes âgées
  • les personnes souffrant d’une anomalie génétique, d’un trouble cardiaque, de diabète, d’hypertension, d’un problème de thyroïde ou d’apnées du sommeil
  • les personnes en surcharge pondérale
  • les personnes sous certaines médications
  • les consommateurs excessifs d’alcool, de tabac, de café ou tout autre excitant

Les troubles du rythme cardiaque se manifestent le plus souvent par les symptômes suivants :

  • palpitations, vertiges, fatigue, essoufflement inhabituel
  • perte de connaissance
  • palpitations avec sensation de choc dans la poitrine ou de « raté » suivi d’une impression désagréable de pause dans le rythme cardiaque
  • angine de poitrine
  • malaise sans perte de connaissance (lipothymie), chute
  • troubles de la conscience
  • mort subite

Attention ! Un trouble du rythme peut également être asymptomatique.

Il est possible de confirmer un trouble du rythme cardiaque grâce à différents examens :

  • l’électrocardiogramme (ECG) :
    • L’ECG enregistre l’activité électrique du cœur
    • L’ECG est utile au diagnostic si le trouble du rythme est permanent ou s’il est pratiqué par chance durant l’épisode d’arythmie
    • Il peut apporter des informations sur les éventuelles maladies cardiaques sous-jacentes
  • le holter ECG, un dispositif qui permet :
    • d’enregistrer l’électrocardiogramme pendant une période d’exercice physique
    • de détecter des arythmies non perçues par le patient
    • de faire une estimation du nombre d’extrasystoles (contractions prématurées du muscle cardiaque entre deux battements normaux)
    • de visualiser d’autres anomalies sur l’ECG durant des épisodes de palpitations ou de malaises.
  • L’épreuve d’effort est utile pour détecter les troubles survenant lors d’un effort (ou aggravés par un effort).

  • Les explorations électro-physiologiques permettent d’enregistrer l’activité électrique cardiaque grâce à des électrodes placés au niveau du cœur. Ces derniers sont introduits, sous contrôle radioscopique, par une veine (fémorale, humorale ou jugulaire) jusqu’au cœur.

Il existe différents traitements, selon les types d’arythmie :

  • L’abstention thérapeutique
  • Un traitement médicamenteux
  • L’ablation du tissu cardiaque à l’origine des troubles du rythme
  • L’implantation d’un stimulateur cardiaque (pacemaker). Cet appareil envoie des impulsions dans le cœur afin d’en ralentir le rythme trop élevé.
  • La mise en place d’un défibrillateur implantable
  • Le choc électrique externe (la cardioversion électrique). Cette technique consiste à délivrer un bref choc électrique dans le cœur lorsque ce dernier présente des arythmies appelées fibrillation. La cardioversion permet de rétablir un rythme cardiaque normal.

Contact et rendez-vous

Institut cardiovasculaire
Route 555
Tel: 02 764 28 12