Les traitements / Coronaire

Pontage aorto-coronarien

Le pontage coronarien (ou « revascularisation myocardique chirurgicale ») est indiqué lorsque la maladie athéromateuse atteint les trois artères du cœur ou qu'une angioplastie n'est pas possible. 

L'objectif du pontage est d'assurer un apport adéquat de sang et d'oxygène aux cellules musculaires cardiaques lorsque la circulation du sang vers le cœur est compromise par un rétrécissement des artères coronaires (diagnostiqué par un cathétérisme cardiaque avec coronarographie). 

La technique consiste à utiliser un conduit de bonne qualité pour apporter le sang dans l'artère coronaire au-delà du rétrécissement qui court-circuite le chemin normal suivi par le sang. Le conduit utilisé par le chirurgien est un vaisseau du patient lui-même qui sera détourné de son utilisation normale. Les vaisseaux les plus utilisés pour « ponter » les artères coronaires sont :

  • les veines saphènes internes (prélevées dans les membres inférieurs et dont le prélèvement explique les cicatrices que l'on pourra observer à la face interne de la cuisse ou des jambes) ;
  • les artères mammaires internes droites ou gauches qui sont deux artères qui descendent de part et d'autre du sternum, donc facilement détournables vers le cœur ;
  • l'artère gastro-épiploïque qui contribue à la vascularisation de l'estomac situé juste sous le diaphragme et qui peut facilement être redirigée vers la face inférieure du cœur ;
  • l'artère radiale qui doit être prélevée au niveau de l'avant-bras.

Les chirurgiens cardiaques des Cliniques universitaires Saint-Luc utilisent les deux artères mammaires chez la grande majorité des malades, sauf si le patient présente des contre-indications à l'utilisation de ces greffons (diabète déséquilibré, antécédents respiratoires lourds, obésité morbide).
La revascularisation au moyen des artères mammaires a démontré les meilleurs résultats.

Les greffons veineux saphènes internes sont utilisés comme greffons complémentaires à la revascularisation avec les deux artères mammaires. Il arrive en effet que les deux artères mammaires ne soient pas suffisantes pour revasculariser tout le territoire myocardique, surtout le territoire de la coronaire droite. 

L'artère radiale est utilisée comme greffon accessoire lorsque les autres conduits ne sont pas utilisables.

L'artère gastro-épiploïque est utilisée uniquement pour revasculariser les artères du cœur droit dans quelques rares cas. Son avantage principal est d'être un conduit artériel présentant des résultats supérieurs aux greffons veineux.

Le choix du conduit et de la technique à utiliser (avec ou sans circulation extracorporelle) dépend de nombreux facteurs variables au cas par cas et les choix individuels seront toujours faits par le chirurgien en considérant les caractéristiques personnelles du patient.

Le patient est admis à l’hôpital la veille de l’intervention.

L’intervention dure 3 à 4 heures.

Le patient est hospitalisé durant 4 à 5 jours.

Lors de son admission, le patient est pris en charge par l’équipe infirmière qui le prépare pour l’intervention du lendemain :

  • douche avec savon désinfectant ;
  • tonte des endroits requis.

Le patient doit être à jeun à partir de la veille à minuit.

L’anesthésiste et le chirurgien rendent visite au patient la veille de l’intervention afin de répondre à ses dernières questions.

Le matin de l’intervention, après avoir pris une douche avec le savon désinfectant et ôté bijoux, prothèses dentaires... l’infirmier administre au patient la prémédication prescrite par l’anesthésiste.

Au quartier opératoire, le patient est pris en charge par les anesthésistes et les infirmières.

Pour réaliser le pontage coronarien, le chirurgien doit accéder au cœur et aux vaisseaux malades situés à sa surface. L'accès au cœur se fait le plus souvent par une incision longitudinale du sternum (« sternotomie »).

Exceptionnellement, une ouverture du thorax entre deux côtes permettra d'accéder à une partie restreinte du cœur.

Cette intervention peut être réalisée de deux manières différentes :

  1. avec circulation extra-corporelle : le chirurgien arrête  le cœur et dévie la circulation sanguine à l'aide d'une machine. Ce circuit externe remplace la fonction de pompe du cœur et assure l'oxygénation du sang qui se fait normalement dans les poumons. La machine reprend le rôle du cœur et des poumons qui peuvent être arrêtés.
    Cette technique permet de réaliser une revascularisation très complexe.
     

  2. sans circulation extra-corporelle : le chirurgien n’arrête pas le cœur et réalise les pontages sur un cœur battant à l'aide de différents artifices techniques permettant de stabiliser l'artère coronaire et de réaliser une suture d'excellente qualité. L'avantage principal est d'éviter toute manipulation de l'aorte et de diminuer la réaction inflammatoire.


Après l’intervention, le patient est transféré dans le Service de pathologies cardiaques intensives pour une durée de 24 à 48 heures. Il est ensuite admis dans l’Unité de chirurgie cardiovasculaire et thoracique où il séjourne de 4 à 5 jours.

Le chirurgien revoit le patient 2 à 3 semaines après l’intervention. Le médecin traitant et le cardiologue assurent ensuite le suivi de leur patient.

Suite à l’intervention, le patient peut se sentir essoufflé et fatigué. Ces effets secondaires disparaissent lorsque le patient reprend ses activités quotidiennes.

La période de convalescence est de 2 mois.

Contact et rendez-vous

Institut cardiovasculaire
Service de chirurgie cardiaque – Route 555
Tel: 02 764 61 07