Les traitements / Cathétérisme structurel

Fermeture de CIA

Dans un cœur normal, une cloison (appelée septum) sépare de façon complète et étanche l’oreillette gauche et droite. Dans certains cas, il peut exister un orifice anormal dans cette cloison, qui n’est donc plus étanche et laisse passer le sang d’une oreillette à l’autre : c’est la communication interauriculaire (CIA).
Cette situation entraîne une accélération du travail du cœur et peut aboutir à l’augmentation des pressions pulmonaires. Cela provoque des difficultés respiratoires, la dilatation des oreillettes avec arythmie (palpitations), voire une insuffisance cardiaque.

Pour éviter le développement de ces complications, la CIA doit être fermée lorsqu’elle atteint une certaine taille. Deux possibilités thérapeutiques existent pour la fermeture de la CIA : le cathétérisme interventionnel et la chirurgie. Le choix se fait selon la taille de l’orifice, sa localisation ou la présence d’autres malformations cardiaques associées.

  • Le cathétérisme interventionnel

Une sonde porteuse du système de fermeture est introduite dans la veine fémorale au niveau du pli inguinal et amenée jusqu’à l’oreillette gauche, à travers la CIA. Une prothèse en forme d’ombrelle se déploie afin de fermer l’orifice de la CIA et de rétablir l’étanchéité de la cloison entre les deux oreillettes (septum interauriculaire).

  • La chirurgie

La fermeture chirurgicale est la seule option pour certaines formes anatomiques de CIA situées près des valves ou des veines d’accès au cœur (CIA primum ou CIA type sinus venosus).

La chirurgie est également indiquée si une CIA de type secundum est trop large ou si l’enfant est trop petit.
Il s’agit d’une chirurgie à cœur ouvert nécessitant une circulation extracorporelle pour assurer la perfusion sanguine des différents organes, pendant que le chirurgien répare le cœur.

Cette intervention comporte très peu de risques. Elle peut être pratiquée par sternotomie ou thoracotomie.

Fermeture de CIA

L'intervention dure environ 1 heure.

La veille de l’intervention

  • L’infirmier fera une prise de sang et questionnera le patient sur les médicaments qu’il prend et sur ses allergies éventuelles (à l’iode par exemple).
  • L’aspirine, si elle ne fait pas encore partie du traitement du patient, sera administrée la veille de l’intervention. Si elle fait partie des médicaments habituels, elle peut être maintenue jusqu’à l’admission à l’hôpital.
  • Les anticoagulants (Sintrom, Pradaxa, Xarelto, Eliquis) doivent être stoppés minimum 48 heures avant la procédure.
  • Un électrocardiogramme sera réalisé.
  • La tonte des plis inguinaux sera effectuée.
  • Le patient prendra une douche avec du savon antiseptique.

 

Le jour de l’intervention

  • L’infirmier prendra les paramètres du patient et lui administrera les médicaments prescrits par le médecin.
  • Avant l’intervention, le patient doit être à jeun (ne rien boire ni manger à partir de la veille à minuit).
  •  Le patient prendra une douche avec du savon antiseptique.

La fermeture de la CIA est réalisée dans une salle de cathétérisme cardiaque spacieuse avec un environnement stérile.    

Une perfusion est placée au niveau du bras du patient afin de lui administrer divers médicaments (anticoagulants, sédatifs, antibiotiques pour prévenir l’infection).

Après administration d’une anesthésie générale, le cardiologue place des cathéters au niveau des plis de l’aine, permettant le passage des sondes jusqu’au cœur pour introduire le système de fermeture.

Durant toute la procédure, le patient est intubé et une échographie trans-œsophagienne est réalisée.

Fermeture de CIA 2

Un monitoring cardiaque sera maintenu jusqu'au lendemain de l’intervention.

Mobilisation

  • Le patient devra rester couché pendant au moins 6 heures après l’intervention.
  • Le premier lever se fera en présence d’un infirmier.

Plaie

  • Le pansement sera refait le lendemain de l’intervention.
  • Le point de ponction doit être surveillé (apparition d'un hématome/d’une induration).  

Médicaments post-fermeture de CIA

  • Le patient prendra une faible dose d’aspirine pendant 6 mois.
  • En cas d'infection, le médecin traitant prescrira des antibiotiques pour éviter la fixation de bactéries sur la prothèse. Il en sera de même avant un soin dentaire.

Sortie de l’hôpital

Le lendemain de l’intervention, le patient passera un électrocardiogramme, une radiographie du thorax et une échographie du cœur.

En l’absence de complications, le retour au domicile est prévu le lendemain de l’intervention.

Le patient devra prendre des douches plutôt que des bains jusqu’à ce que la plaie inguinale soit refermée.

Le patient peut reprendre une vie normale (travailler, faire du sport) après quelques jours, excepté situation spéciale.

Un suivi en consultation avec échocardiographie doit être réalisé régulièrement afin de s'assurer du bon fonctionnement du système de fermeture.

En cas de douleur thoracique, de malaise, de palpitations, de fièvre, il faut consulter un cardiologue pour vérifier le bon fonctionnement de la prothèse.

Contact et rendez-vous