Les traitements / Valves

Chirurgie de la valve aortique

Le cœur possède quatre valves :

  • la valve aortique ;
  • la valve mitrale ;
  • la valve tricuspide ;
  • la valve pulmonaire.

Ces quatre valves assurent la bonne circulation du sang à travers le cœur et l’organisme.

La valve aortique est située à la sortie du ventricule gauche. Elle est incorporée à la partie initiale de l’aorte qui s’appelle la racine aortique. La valve aortique normale est composée de trois feuillets (dits semi-lunaires ou en nid d’hirondelle à cause de leur forme particulière).
La valve aortique s’ouvre en systole c’est-à-dire lorsque le cœur se contracte pour éjecter le sang oxygéné qui vient des poumons vers l’aorte ; ce sang passe ensuite dans tous les organes du corps.
En diastole, la valve aortique se ferme et permet au cœur de se remplir à nouveau. 

La valve aortique peut être atteinte par diverses maladies qui altèreront son fonctionnement :

  1. Le rétrécissement aortique ou sténose aortique : lorsque la valve, quand elle est ouverte, fait obstacle à l’écoulement du sang. La sténose de la valve est le résultat d’une accumulation de calcium et de fibrose au niveau des feuillets de la valve qui bloque sont ouverture.
  2. L’insuffisance aortique : lorsque la valve ne se ferme pas complètement et laisse refluer le sang vers le cœur. L’insuffisance de la valve peut être liée à une dilatation de l’aorte ou à un prolapsus d’un ou plusieurs feuillets de la valve.  
  3. La maladie aortique : lorsque la valve présente une sténose et une insuffisance.

La distinction entre ces dysfonctionnements est essentielle car leur traitement est différent. En cas de sténose ou de maladie aortique, la valve est remplacée alors qu’en cas d'insuffisance, elle peut être réparée.

Chirurgie de la valve aortique

Le traitement de la sténose aortique consiste à enlever la valve aortique calcifiée pour la remplacer par une prothèse.

Aux Cliniques universitaires Saint-Luc, différents types de prothèses sont utilisées:

  • les prothèses mécaniques (composées de deux feuillets en carbone) : utilisées chez les patients en dessous de 60 ans chez qui l’opération de Ross n’est pas indiquée. La valve mécanique ne s’use pas ; le risque de ré-opération est dès lors très faible. Etant donné sa composition en carbone, cette prothèse nécessite la prise d’une anticoagulation (Sintrom ou Coumadine) à vie par le patient.
  • les prothèses biologiques (composées de tissus d’origine porcine ou bovine) : la valve biologique ne nécessite pas d'anticoagulant à vie mais peut s'abîmer avec le temps. Cette valve est généralement indiquée chez les patients de plus de 60 ans chez qui la vitesse de dégradation de la valve est très lente par rapport à la vitesse de dégradation chez les patients plus jeunes.
    Chez les patients très âgés ou qui présentent des risques opératoires élevés à cause de certaines maladies associées, l’opération de replacement de la valve aortique peut être évitée grâce à la prothèse biologique TAVI (
    Transcatheter Aortic Valve Implantation).
  • l’homogreffe aortique : une valve d’origine humaine utilisée pour remplacer la valve aortique malade. L’homogreffe est le substitut biologique le plus adapté pour réparer les tissus détruits par l’infection et assurer une guérison de l’endocardite.

Le choix entre ces prothèses se fait en fonction de multiples facteurs comme l'âge du patient, ses antécédents médicaux, ses habitudes de vie, son métier ainsi que sa préférence personnelle.

Le traitement de l’insuffisance aortique consiste à réparer la valve aortique (plastie aortique) et l’aorte qui l’entoure.

Les Cliniques universitaires Saint-Luc sont reconnues comme centre d’expertise pour la plastie aortique qui y est réalisée depuis plus de 20 ans.

L’intérêt de la plastie aortique est de laisser la valve aortique du patient en place afin d’éviter les inconvénients liés aux prothèses mécaniques et biologiques. En effet, après une plastie aortique, le patient ne doit pas prendre d’anticoagulants à vie comme pour une prothèse mécanique et le risque de réopération est plus faible qu’avec une bio-prothèse, surtout pour les patients jeunes.

La plastie aortique est réalisée chez des patients dont la valve présente les critères de réparabilité. Si une valve présentant une insuffisance ne soit pas réparable, une opération de Ross sera proposée.   

L’intervention dure 2 à 5 heures suivant le type d’opération réalisée.

Le patient est hospitalisé pour une durée de 5 à 7 jours.

Les examens suivants seront pratiqués dans le bilan préopératoire:

  • analyses sanguines et biochimiques ; 
  • coronarographie (pour les adultes de plus de 40 ans ou en présence de facteur de risque de maladie coronarienne) ;
  • échographie cardiaque transthoracique (ou transoesophagienne, facultatif) ;
  • CT scan de l’aorte (si dilatation de l’aorte) ;
  • IRM cardiaque (facultatif) ;
  • radiographie des poumons ;
  • épreuve fonctionnelle respiratoire (spirométrie, pour les adultes) ;
  • échodoppler des carotides (pour les adultes).

Le patient est admis à l’hôpital la veille de l’intervention chirurgicale.

 

La veille de l’intervention

  • Visite de l’anesthésiste et du chirurgien afin de répondre aux dernières questions du patient.
  • Le personnel soignant tond le patient aux endroits requis.
  • Le patient se douche et se désinfecte au moyen d’un savon désinfectant et revêt une tenue d’hôpital. 
  • Le patient prend ses médicaments habituels. 
  • Le patient doit être à jeun à partir de minuit la veille de l’opération. 

 

Le jour de l’opération 

  • L’infirmier administre au patient la prémédication prescrite par l’anesthésiste.
  • Le patient est conduit en salle d’opération où il est pris en charge par les anesthésistes et les infirmiers du quartier opératoire.

Le remplacement ou la réparation de la valve aortique se fait sous anesthésie générale.

L’incision pour accéder au cœur est une sternotomie partielle ou complète. Le patient est mis sous circulation extracorporelle (dérivation de la circulation sanguine hors du corps et des poumons afin d’arrêter ces organes et de vider le sang du cœur) pour pouvoir arrêter le cœur et réaliser l’opération.

En cas de remplacement de la valve aortique par la technique du TAVI, l’opération est pratiquée sans circulation extracorporelle ni arrêt du cœur.

Lorsque l’intervention chirurgicale est terminée, le patient est admis au Service de pathologies cardiovasculaires intensives pour une durée de 24 à 48 heures. Il sera ensuite transféré dans le Service de chirurgie cardiovasculaire et thoracique pour une durée de 4 à 5 jours.

Chirurgie de la valve aortique 2

Suite à l’intervention, le patient peut se sentir essoufflé, fatigué et présenter des douleurs à la cage thoracique. Ces effets secondaires s’atténuent et disparaissent après quelques semaines.

La reprise des activités quotidiennes est possible après 3 ou 4 semaines, mais les efforts avec les bras doivent être évités pendant deux mois pour laisser le temps à la sternotomie de cicatriser.

Des contrôles auprès du chirurgien et du cardiologue seront prévus les 2 mois suivant l’intervention puis à intervalles réguliers.

La convalescence dure environ 2 mois.

Contact et rendez-vous

Institut cardiovasculaire
Service de chirurgie cardiaque – Route 60
Tel: 02 764 61 07